02.10.2019

Quatre mois de prison avec sursis pour avoir volé ceux qui l'hébergeaient

Hébergé par des amis, il profite de leur absence pour leur voler de l’argent liquide caché et des objets. A son retour de vacances fin septembre, le couple découvre son appartement fouillé mais ne constate aucune effraction. Il dépose plainte à la gendarmerie, ses soupçons se portent sur AM qui sera interpellé et placé en garde à vue pendant 48 heures puis en détention provisoire durant cinq jours avant d’être présenté devant le tribunal correctionnel de Saint-Martin mercredi matin.

Le vice-procureur a justifié la procédure par le fait que le jeune prévenu «s’est moqué » des enquêteurs qui voulaient faire une perquisition, en leur indiquant une mauvaise adresse puis en refusant de donner la bonne.

«La mesure n’est pas adaptée », a dénoncé l’avocat du jeune homme, maître Davy Barreiro. Et de considérer que le tribunal n’est pas «un terrain de vengeance judiciaire.» Son client a aussitôt reconnu les faits de vol même s’il est en désaccord sur les montants.

AM est aussi accusé de menace de mort. En effet, il a envoyé le message suivant : «si tu le dis à ma mère, je te tue». «Cette phrase est sortie de son contexte dans lequel la partie civile exerçait des pressions. Mon client ne voulait tout simplement pas que sa mère soit au courant pour ne pas l’inquiéter», explique l’avocat.

Il est aussi reproché à AM le transport d’arme de catégorie D, en l’occurrence deux couteaux.

Aux enquêteurs, le jeune homme a justifié le vol d’argent par des dettes contractées auprès d’une autre personne à qui il avait emprunté un scooter qui devait être réparé. Et pour la petite histoire, la personne à qui AM avait emprunté le deux-roues, l’avait elle aussi emprunté à un ami d’un ami.

Son explication n’a convaincu ni le parquet, ni le tribunal ; les magistrats pensant davantage qu’AM avait besoin d’argent pour acheter des produits stupéfiants, dans la mesure où il a déjà été condamné à deux reprises pour usage.

AM est âgé de dix-neuf ans. Titulaire d’un CAP en pâtisserie, il est arrivé sur l’île en mai. Il a travaillé dans un restaurant de l’Anse Marcel et devait signer un second contrat hier avec un restaurateur de la Baie orientale.

Le vice-procureur qui considère qu’on ne vient pas à Saint-Martin «comme un flibustier vivre au crochet de ses amis», a requis une peine de six mois de prison assorti du sursis mise à l’épreuve durant deux ans comprenant l’obligation de travailler et d’indemniser les victimes.

Celles-ci se sont constituées partie civile ; l’homme demande 2 700 euros pour le préjudice matériel et son amie 1 300 euros. Tous les deux demandent également 1 000 euros chacun au titre du préjudice moral. Ils ont confié avoir peur du comportement d’AM à leur égard.

Après avoir délibéré, le tribunal a relaxé AM des faits de menace de mort mais l’a condamné pour le transport d’armes et le vol à une peine de quatre mois de prison assorti du sursis mise à l’épreuve durant deux ans comprenant l’obligation de travailler et d’indemniser les victimes, précisément de verser 2 610 euros et 1 340 euros au titre du préjudice matériel et 500 euros chacun au titre du préjudice moral.

Estelle Gasnet
2 commentaires

Commentaires

Mais il vient d'où? Le préciser aiderait à comprendre...

C'est probablement un bon facho du fn ce voleur....

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.